Les petites sœurs du Lac-à-la-Truite

 

La Congrégation des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus (FCSCJ) fut fondée en France en 1823 et, d'Europe, essaima en Amérique, notamment à Newport (Vermont) en 1905 et à Champlain (New York) en 1906. À l'invitation de l'évêque de Sherbrooke et de l'abbé Charles-Édouard Milette de la paroisse Saint-Patrice de Magog, plusieurs religieuses s'installèrent à Magog en 1907 dans le but d'établir une crèche pour les enfants des travailleuses des filatures de la Dominion Textile. La communauté prit beaucoup d'expansion, ouvrant écoles et hôpitaux à la grandeur du diocèse de Sherbrooke. Les religieuses formaient de jeunes filles comme institutrices pour les écoles de rang et comme infirmières dans les hôpitaux de Magog et Sherbrooke. Transformée sous peu en orphelinat et foyer pour vieillards plutôt qu'en foyer de jour, la Crèche de Magog deviendra l’Hôpital la Providence en 1939, se déplaçant ensuite sur la rue Saint-Patrice en 1961-62.

La Congrégation, désirant offrir des vacances estivales aux sœurs, acheta en 1954 une première propriété (une partie du lot 834) au Lac-à-la-Truite, aussi connu sous le nom de East Branch Pond.  L’année suivante, deux autres propriétés furent acquises sur le même lot. Le 22 août 1955, l’aumônier de l’Hôpital la Providence bénissait la chapelle de Notre-Dame-du-Lac jouxtant le chalet principal.  La communauté acheta six chalets supplémentaires sur la rive du lac en 1957.  L’acquisition de tous ces chalets offrait aux sœurs l'occasion de se détendre dans un cadre de villégiature de qualité. Plusieurs congrégations possédaient des résidences d’été, les Sœurs de la Présentation de Marie de Sherbrooke, par exemple, installèrent la leur au lac Bowker.

Les sœurs de la FCSCJ étaient des habituées du centre de villégiature Lac-à-la-Truite et leurs voisins étaient heureux de pouvoir assister à l'office dominical à la chapelle jusqu’en 2008, quand la congrégation liquida sa propriété lacustre et quitta le lac.​

The Sisters of Lac-à-la-Truite​

The Congregation of the Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus (FCSCJ), founded in France in 1823, sent several sisters to Newport, Vermont in 1905 and Champlain, New York in 1906.  Invited by the Bishop of Sherbrooke and l’abbé Charles-Édouard Milette of St. Patrick’s Parish, several moved to Magog in 1907, intending to set up a crèche for children whose mothers worked in the textile mills. The Congregation expanded rapidly, opening schools and hospitals all over the Sherbrooke diocese. The nuns taught young women to become lay teachers in rural schools and trained nurses in their hospitals in Magog and Sherbrooke. The Magog Crèche, that had quickly turned into an orphanage and old-folks home rather than daycare centre, became in 1939 the Hôpital la Providence.  It moved to Saint-Patrice Street in 1961-62.

The hard-working sisters needed a place for their summer holidays. In 1954, they bought their first property on lot 834 at Lac-à-la-Truite (sometimes called East Branch Pond) and two others in 1955. The chaplain of the Hôpital la Providence consecrated the chapel next to their residence as Notre-Dame-du-Lac, on August 22, 1955.  In 1957, they acquired an additional six lakeshore cabins. In these modest chalets, the sisters spent their holidays on the water and relaxing at water’s edge.  Other congregations had similar places. The Soeurs de la Présentation de Marie de Sherbrooke had their summer residence on Lake Bowker, for example.

The sisters of the FCSCJ became familiar neighbours and lake residents attended mass in the chapel until 2008, when the Congregation sold its last property and left Lac-à-la-Truite.

1/1