top of page
CapsuleH.png

Pourquoi le Mont Florence-Louise Bradford à Orford?

1942 F-L Bradford, rue HIgh, Sherbrooke

En 1984, à l'occasion de la Journée internationale de la femme, la Commission de toponymie officialise le toponyme Mont Florence-Louise-Bradford pour une colline à l’ouest du lac Bowker. Mais qui est Florence Louise Bradford (1890-1977)?

 

Benjamine des quatre filles de Harriet Yates et William J. Bradford, Florence Louise naît sur le Chemin Gendron, à Glen Iver dans le Canton d’Orford, aujourd’hui St-Élie d’Orford, un secteur de la ville de Sherbrooke. À 22 ans, enceinte et non mariée, elle s’exile à Montréal pour y terminer sa grossesse. Contrairement aux mœurs de l’époque, elle choisit de garder son fils et retourne vivre sur la ferme familiale, bravant l’opprobre social.

Cette expérience l’amène vers sa vocation. En 1913, Florence Louise suit une formation d’infirmière obstétricienne par correspondance et obtient son diplôme. Puis, elle s’installe à Sherbrooke avec son fils. De 1915 à 1949, elle tient une clinique privée de maternité pour mères célibataires. Rejetées, désespérées, affamées, violentées, exsangues, Florence Louise leur ouvre sa porte. Elle les loge et les nourrit moyennant un loyer modique pour celles en mesure de payer. Elle leur prodigue des soins et assure un accouchement sécuritaire sous surveillance médicale. Les nouvelles mamans doivent rester alitées au moins 10 jours, leurs nouveau-nés à leur côté. Un temps pour se poser, choisir de garder son bébé ou le placer en adoption. Une minorité le garde; Mme Bradford encourage alors les mères à suivre une formation ou les aide à se trouver du travail. La plupart donne l’enfant; Mme Bradford trouve des parents aptes et intéressés et suit le développement de l’enfant

Capsule FLB annonce.tif

dans son nouvel environnement. Elle officialise l’adoption en toute confidentialité, dans le plus grand secret. Ce sont les diktats de l’époque. Au grand dam des adoptés qui tentent bien des années plus tard de retrouver leur mère biologique.

 

Florence Louise Bradford accueille ainsi plus d’un millier de femmes et évite à la mère et l’enfant de tomber, comme d’autres l’ont fait, dans la pauvreté, le désespoir ou la prostitution.

 

Voir aussi :

Deux veuves. Pionnières et agricultrices

L’apport des femmes à Cherry River

Trois pionnières à Orford

Exemple des annonces classées

Sherbrooke Record, années 1930

Conférence de deux membres de la Société d'histoire du Canton d'Orford

Conférence Gilles Lauzon 9 mai Affiche 1 PNG.png

Café-rencontre

Pourquoi le Mont Florence-Louise Bradford à Orford ?

Petite tasse.jpg
Abstrait 4 fill pinterest.jpg

Fondatrice d'une maternité privée à Sherbrooke, une montagne nommée en son nom à Orford, faites la connaissance de Florence-Louise Bradford.

Ayant connu la réalité d'attendre un enfant sans être mariée, elle consacre sa vie à accueillir des femmes que la société ostracise.

Elle leur assure un environnement accueillant et sécuritaire pour vivre leur accouchement.

Vendredi 17 mai 14h à la Petite Maison Blanche 2304 Chemin du Parc, Orford

bottom of page